Technologie mise en oeuvre

Le laboratoire XLIM dispose d’une expertise reconnue dans le domaine des fibres optiques dites de nouvelles génération. Ces fibres réalisées soit par la technologie MCVD (réalisés en collaboration avec les laboratoires PhLAM et INPHYNY qui disposent des moyens de dopage de la silice par CVD ou OVD ;  soit par « stack and draw », technique entièrement maîtrisée au sein de l’institut, constituent un élément fondamental des travaux développés au sein de deux équipes de recherche  « GPPMM » (responsable scientifique F. BENABID) et  « Photonique fibrée » (responsable scientifique G. HUMBERT).

La complexité de réalisation des fibres HCPCF repose essentiellement sur :

- le mélange de taille de canaux d’air. On doit pouvoir maîtriser lors des différentes étapes de fabrication la dimension des canaux d’air de la structure pour pouvoir obtenir des diamètres compris entre quelques centaines de nanomètres et quelques microns, voire quelques dizaines de microns pour le cœur.

- des épaisseurs de ponts de silice dans la fibre extrêmement faibles – quelques centaines de nanomètres – permettant des rapport air-silice de plus de 96% (Application aux fibres creuses PCFs).

L’ensemble de ces fabrications passent par la réalisation des capillaires (briques de base de l’assemblage), puis de cannes microstructurées, entièrement réalisées à XLIM.

Depuis une dizaine d’années, XLIM a développé un processus de fabrication de préforme de fibres optiques par synthèse de matériaux pulvérulents. Le laboratoire dispose aujourd’hui de tous les équipements nécessaires à cette fabrication a réalisé des fibres dopées par des métaux, des oxydes métalliques ou des semi-conducteurs. Cette technologie est aussi évaluée dans le cadre de la fabrication de fibres microstructures solides à cœur dopés au terre rares pur des applications aux lasers fortes puissance.

Exemple de fibres optiques réalisées par les équipes de recherche « photonique fibrée » et « GPPMM »

 

Les commentaires sont fermés.